samedi 15 septembre 2012

Poème surréaliste : l'Heure Mourante

Petit poème surréaliste écrit au réveil.... <3

L'heure mourante déverse ses pleurs.
Calquée sur la face cachée de la plume,
Elle roule en couleurs son amante perdue.
Divergente et fanée d'une vie de moissons,
C'est le vide insouciant qui contemple son œuvre.
Il n'est point de paroles plus profondes qu'un lac,
Enivré de jonquilles aux fenêtres gothiques,
Il n'est point de clameur plus sauvage qu'un chat,
Dont l'échine se courbe sous le poids des senteurs...
Et qu'est ce donc que cette lueur qui pointe à l'horizon?
Le sourire d'un chêne à l'esprit embrumé?
Le crépitement des heures à l'aurore éveillées?
Rien ne nous correspond en ce monde de songes,
Où l'amer visage de l'âme se pâme devant des regards attristés.
Chemin faisan au plumage d'acier,
Tu retournes dormir dans le creux des étoiles,
Heureux d'avoir su accueillir l'éternel.... 

Révérence

Dame Silu
 
Rivière à Saint Guilhem le Désert
(Photo originale par BigBangRevo)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire